Normandy Elite Team

Actualités

‹ Retour

Porsche-Corben by NET - Retour sur une course hors norme

le 30/06/2017

Une semaine après la fin de la 48ème édition de la Solitaire Urgo le Figaro, retour avec Sophie FAGUET sur ce mois de navigation.

Sophie, pour commencer, peux-tu nous faire un retour sur la 4ème et dernière étape qui a été très longue et certainement épuisante ?

On peut dire que le départ a été très fastidieux ! On a eu un petit souffle pour sortir de la baie de Concarneau mais le vent s'est complétement effondré en arrivant sur les Glénans. Les 40 heures qui ont suivi, ont été longues et agitées : sortir le spi dès qu'on a un léger souffle, l'affaler quand le vent disparaît, affiner les réglages en permanence… Mais je suis contente j'ai réussi à ne pas sortir l'encre et à avancer malgré tout !
On a récupéré un peu d'air dans la baie d'Audierne. En s'abritant bien des courants à la côte, on a réussi à tricoter dans 4/5 nœuds. Arrivée au Four je rejoins ceux partis devant et passe devant un bon paquet de coureurs.
Je fais un choix moins judicieux par la suite. Avec Nicolas LUNVEN, Alexis LOISON, Gildas MAHE on glisse un peu trop à l'est pour avancer. Ceux qui sont au-dessus passent plus vite. 
On arrive à Wolf rock en retard et dans la brume. Un comble après le trop généreux soleil qui nous a accompagnés depuis le début !
Mais passé le mythique phare anglais c'est la délivrance : 15 nœuds bien établis. Ce qui, si on lit entre les lignes, signifie : possibilité de mettre le pilote et du coup de se reposer.


J'enroule Owers avec Anthony MARCHAND. Je reste la nuit collée à son feu de mât, ce qui me permet de ne rien lâcher jusqu'à Antifer. Je m'offre le luxe sur cette portion de doubler Alan ROBERTS et Damien LE CLOAREC. Arrivée près des falaises normandes je vais jouer au ras des côtes pour m'abriter du jus et chercher l'accélération du vent. J'arrive à semer définitivement Erwan TABARLY et Alan ROBERTS qui étaient revenus dans mon tableau arrière.
Et sur la ligne d'arrivée à Dieppe, je coiffe sur le poteau Benjamin DUTREUX me permettant ainsi de terminer une étape pour la 1ère fois dans les 20 premiers.

Donc si l'étape a été difficile physiquement, son résultat est plutôt satisfaisant ?

Oui elle a été très longue mais technique et variée. C'est ma meilleure étape de l'édition et c'est la seule où j'arrive à recoller d'autres marins jusqu'à la fin. Terminer dans les 20 c'est une très grande satisfaction car le niveau est vraiment très élevé mais ça prouve que j'ai les moyens d'être devant …

Globalement que retires-tu de cette Solitaire ?

Déjà je suis ravie d'avoir pu être sur la ligne de départ alors qu'un mois avant je ne savais pas comment boucler le budget. J'ai eu des partenaires prêts à m'accompagner au pied levé et ça c'est vraiment top : Corben, Dice engineering, Newton expertise, Helly Hansen, femmes dans la ville de Cherbourg en Cotentin … un grand merci à eux !
Je n'oublie pas bien entendu Porsche qui croit en moi depuis le début et qui m'a permis de continuer cette aventure.
J'ai commencé la course au large en 2015 grâce au dispositif « Jeune talent » de la Région Normandie. Aujourd'hui, après 3 participations, j'ai l'impression d'avoir énormément progressé et d'avoir fait un vrai bon en avant techniquement : j'ai des meilleures sensations de vitesse et mes placements sont plutôt bons … Comme je le disais, finir cette solitaire en terminant une étape dans le top 20 c'est une énorme satisfaction.

D'après toi qu'est-ce qui t'a manqué pour être dans le top 20 au classement général ? 

Le classement final est un peu frustrant car je prends 45 minutes de pénalité sur la dernière course (le plomb de mon hélice ayant sauté), du coup je perds deux places au général et termine 23ème.
Ce qui m'a le plus manqué c'est peut-être un peu de budget pour pouvoir m'offrir un préparateur parce que là où les autres vont se coucher quand ils arrivent au port, moi je dois dégréer, ranger le bateau, penser à l'avitaillement de l'étape suivante … Sur des étapes très courtes comme ça a été le cas à Concarneau, je pense que ça joue pas mal.
Le fait de démarrer la saison tardivement a aussi joué car j'arrive moins entraînée que les autres.

Quel est ton programme maintenant ?

Pour que le retour à terre ne soit pas trop brutal, je pars samedi faire le Tour de Wight en Class 40. On ne se refait pas !

Photo